L’impact du web sur l’environnement

Bien que nous nous servions du web tous les jours, son impact sur la planète reste flou. Pourtant, l’impact sur web sur l’environnement est bel et bien existant. Mais comment se présente-il ? Quelles sont les solutions pour réduire l’impact environnemental du digital ?

Pourquoi parle-t-on d’un impact du web sur l’environnement ?

Ces dernières décennies, le web n’a cessé de prendre de plus en plus d’importance dans nos vies quotidiennes. Aujourd’hui, il est essentiel pour travailler, se déplacer ou encore pour échanger avec nos proches.

On évoque souvent la nuisance que peut provoquer le web sur notre vie privée. Mais ce n’est pas la seule problématique d’internet. Bien qu’il soit en partie invisible, l’impact du web sur l’environnement n’est pas négligeable.

En effet, contrairement aux déchets plastiques ou aux émissions qu’émettent les avions, voitures et autres moyens de transport par exemple, le web n’est pas souvent pointé du doigt pour son impact sur la planète. Pourtant, surfer sur internet n’est pas anodin pour l’environnement. Il revient donc aux acteurs du web comme l’agence web Ideclap de sensibiliser sur ce sujet important. Notre équipe vous en dit plus sur l’impact du web sur l’environnement.

Les appareils numériques constituent le plus gros impact du web sur l’environnement

Les appareils qui permettent d’accéder à internet sont sans doute la plus large source de pollution du web, de leur création à leur fin de vie :

– Les ordinateurs, tablettes, téléphones et autres objets connectés sont fabriqués à base de composants polluants et difficilement biodégradables, qui proviennent parfois de ressources rares et limitées.

– Au cours de leur cycle de vie, ces outils consomment de l’énergie chaque jour pour fonctionner.

– Une fois leur durée de vie expirée, les appareils sont souvent jetés. Ils ne sont pour la majorité pas recyclables ou recyclés (par exemple, peu sont réparés lorsqu’ils ne fonctionnent plus au profit de l’achat d’un appareil neuf). Ils constituent ainsi la source principale de pollution qui accroît l’impact du web sur l’environnement.

Pour réduire la pollution générée par les appareils électroniques, il existe quelques bonnes pratiques simples à mettre en place. Par exemple, préférez la réparation de vos appareils à l’achat d’un produit de remplacement. Alimentez le marché de l’occasion en achetant en seconde main des appareils reconditionnés ou en revendant ceux dont vous n’avez plus l’utilité.

Nos activités sur le web dégagent du Co2

Chaque action que nous effectuons sur le web a un impact sur la planète. Les recherches menées sur Google, le stockage dans le Cloud ou encore l’envoi de mails dégagent du Co2 (tout comme nos likes, partages et autres actions sur les réseaux sociaux par exemple).

// Faire une recherche sur Google

Une étude menée par le chercheur à Harvard M. Wissner-Gross a démontré qu’aujourd’hui, chaque recherche menée sur Google dégage environ 7 grammes de Co2. Il s’agit en fait de l’énergie dépensée pour rechercher l’information demandée dans les milliers de pages indexées et stockées sur des serveurs.

À petite échelle, cela peut paraître peu. Mais si l’on considère que chaque français effectue près de 1000 recherches par an, 7 kilogrammes de Co2 seraient en réalité rejetés chaque année par une seule personne. En 2018, l’Ademe (Agence de la transition écologique) comparait le résultat national à 1,5 millions de kilomètres parcourus en voiture.

// Stocker dans son Cloud

Le Cloud est un outil très pratique du web. Il nous permet de stocker « à l’infini » nos documents en les dématérialisant complètement. Mais à force d’y stocker de plus en plus d’informations, l’impact environnemental du Cloud ne cesse de s’agrandir.

En effet, plus on importe d’éléments dans le Cloud, plus nombreux doivent être les serveurs pour stocker la quantité d’information. Et plus d’émissions de Co2 seront dégagées.

// Envoyer des e-mails

Le même système s’applique aux mails lors de l’envoi d’un courriel et de son stockage. En effet, au même titre que le Cloud, plus il y a d’informations à stocker, plus de serveurs seront nécessaires.

Une bonne pratique est de faire régulièrement du tri dans votre boîte mail. Supprimez les messages qui ne vous servent plus. Évitez également d’envoyer des pièces jointes trop volumineuses ou compressez-les. Vous réduirez ainsi le poids de chacun de vos e-mails.

Les sites internet et les pages web

Vous l’aurez compris, les sites internet et les pages web ont également un impact sur la planète à travers le stockage d’informations qu’ils impliquent.

En plus d’un effort collectif pour maîtriser notre empreinte digitale, il appartient bien sûr aux professionnels du web de réduire l’impact du web sur l’environnement. Par exemple, l’agence web Ideclap s’engage à créer des sites optimisés pour une empreinte écologique la plus réduite possible.

D’ailleurs, depuis début 2022, Ideclap s’engage auprès du collectif WeAct4Earth pour œuvrer vers un web plus écologique et éthique. Vous souhaitez également suivre cette démarche ? Discutons-en par email ou par téléphone !